Cela fait maintenant plusieurs années que la religion musulmane est sujette à controverse.
Aujourd’hui, le musulman est malheureusement décrit comme violent, intolérant, sexiste, rétrograde, n’hésitant pas à recourir au terrorisme aveugle pour parvenir à ses fins. Il n’existe pas une journée où il n’est pas fait état dans la presse d’un acte délictuel ou antirépublicain perpétré par un musulman. Le 7 janvier dernier et ce 13 novembre viennent malheureusement confirmer tout ce qui a pu être dit depuis plusieurs années. Pire même, les attentats violents et inacceptables que nous avons connus nous apprennent que le pire peut être devant nous.
L’islam radical, et les dérives qui l’accompagnent, se développe rapidement dans notre pays. Il se développe plus vite et plus férocement que ce que nous n’avions pu imaginer.
Dans le cadre de cette conférence je m’attacherai à expliquer les différents processus d’embrigadement que développent les recruteurs. Je démontrerai également que l’Islam n’est pas un problème pour la république. Les personnes radicalisées représentent une minorité face aux nombreux citoyens musulmans qui vivent leur spiritualité dans le respect des règles républicaines. Enfin j’énumérerai des solutions efficaces pour se prémunir face aux revendications de personnes radicalisées.

jeune modeleAbdelkader Railane, de par sa fonction de directeur de Mission Locale, donne des conférences sur la thématique des jeunes, devant un public aussi varié que celui de l’entreprise, de la formation ou de l’éducation. Quel est le regard porté par les jeunes sur le monde du travail, la société et vice versa ? Les jeunes d'aujourd'hui sont certainement aussi intelligents que leurs aînés ; ils ont un « bagage » de connaissances techniques et scientifiques probablement supérieur. Mais sur le plan de la morale, sur le plan du caractère, du sens des devoirs et des responsabilités, de l'expérience de la vie, sur le plan de la raison et du simple bon sens, ils ne sont pas sur les mêmes repères. Et cela d'ailleurs n’est-il pas en quelque sorte un peu normal, en tout cas explicable : les générations d'autrefois ont vécu sous le signe de la difficulté, tandis que les générations actuelles vivent sous le signe d’une relative facilité. Mais qu’en est-il vraiment de notre jeunesse ?

plateau1Les émeutes de 2005 ont montré à la France et au monde les difficultés identitaires que vivent bon nombre de jeunes issus des quartiers populaires. La crise identitaire touche tous les jeunes. Néanmoins, si un adolescent français sur plusieurs générations ou, comme on dit, de « souche » est confronté à toutes ces difficultés, que dire alors de l’adolescent issu de parents migrants vivant entre deux cultures. Deux modes de vie. Autant dire que les risques de complications dans la construction identitaire sont nombreux ? C’est sur ce thème qu’Abdelkader Railane tente de nous faire réfléchir. La double culture est une expérience, qui peut être pour beaucoup traumatisante et qui est, par-là même, lourde de conséquences au niveau de la construction ou de la reconstruction identitaire.

discriminationLa discrimination est un fléau pour notre société, au travers de ses conférences Abdelkader Railane apporte des éléments, des clés pour faire face à un paysage juridique complexe. Les employeurs ont l’impression que mobiliser leurs structures pour évaluer et corriger les discriminations, et en particulier celles liées à l’origine, les expose à un risque dont ils ne cernent pas la nature. Comment identifier la discrimination liée à l’origine sans pouvoir recueillir de données ethno-raciales ? Qu’en est t-il de la discrimination positive? Comment agir contre la discrimination? Quelles mesures mettre en œuvre ? Mon entreprise est-elle discriminante ? … Voilà certaines questions que se posent les chefs d’entreprise. Au travers de son expérience, tant sur le plan personnel que professionnel, Abdelkader apporte des réponses claires à ces questions en indiquant, les différentes procédures à suivre pour établir un plan structuré de lutte contre les discriminations.

toleranceLa tolérance, un mot devenu vide de sens, qu’on peut lire sur toutes les lèvres. Une valeur que chacun se glorifie de partager. Une valeur devenue lieu commun de bienséance. La forme la plus subtile de l’exclusion de l’autre ! La forme de racisme la plus insidieuse ! Car la tolérance n’est rien d’autre que le fait du prince. Je te tolère et tu m’en seras doublement reconnaissant : d’abord parce que j’ai été magnanime à ton égard, et ensuite parce que je te permets de m’en remercier. C’est ce que l’on appelle ni plus ni moins de la condescendance avec demande de retour d’ascenseur. Abdelkader Railane lors de cette conférence ne place pas la tolérance comme vecteur essentiel de lutte contre la discrimination. Sous le vocable de la tolérance, se cache une hypocrisie faite de fausse conscience. A la tolérance il oppose l’acceptation. Car à n’en pas douter l’acceptation de l’autre dans sa différence est la véritable solution qui peut nous conduire vers une société où le vivre ensemble serait la règle.

Back to top