"Chez nous, ça s'fait pas !". C'est le titre du troisième roman d'Abdelkader Railane qui doit paraître au mois d'avril. L'auteur, qui dirige la mission locale d'Yssingeaux en Haute-Loire, s'empare des thèmes communautaires et religieux pour promouvoir le vivre ensemble.
"Mon histoire a pour objectif de lutter contre toutes les formes de préjugés mais également de nous rappeler que les liens familiaux sont fondamentaux à notre épanouissement". Ainsi Abdelkader Railane présente-t-il son nouvel ouvrage : "Chez nous, ça s'fait pas", à paraître au mois d'avril.

L'histoire, c'est celle de Malika, 48 ans, avocate et mère de trois enfants.
"Elle est ce que l’on appelle une « assimilée ». Elle mange du porc, boit de l’alcool ; elle a épousé un « bon français », explique l'auteur. "Elle est surtout une traîtresse, une infidèle pour sa famille, pour sa « communauté » aussi d’ailleurs. Son crime : avoir refusé d’entrer dans le moule qui lui était prédestiné", résume-t-il.

Mais un jour, Malika part retrouver ses parents âgés et malades dans le Nord de la France. Elle se retrouve confrontée à ses proches.

"Ses frères et soeurs sont plutôt des salafistes", explique Abdelkader Railane. "Il y a deux mondes qui vont se télescoper. Deux mondes qui ne se comprenaient pas, mais deux mondes qui vont devoir apprendre à vivre ensemble", poursuit-t-il.

L'auteur a grandi dans une cité du Nord, mais aussi dans l'univers des livres. Ses romans tournent autour des thèmes communautaires et religieux. Le dernier a été écrit au moment des attentats parisiens. Abdelkader Railane, qui dirige la Mission locale d'Yssingeaux (il est également référent dans la lutte contre la radicalisation pour le Conseil National des Missions locales), se dit très préoccupé par la radicalisation de la société.

"Ce qui me fait peur aujourd'hui, c'est la radicalisation que j'appelle non violente, c'est-à-dire les comportements". Et de citer quelques exemples : la demande de se voir prodiguer des soins par une personne de même sexe ou "des jeunes qui viennent en mission locale et qui souhaitent être accompagnés par un homme si c'est un homme, par une femme si c'est une femme". Avant de poursuivre :"Tous ces comportements sont nocifs aux valeurs de la République (...) et c'est ces comportements-là que j'essaie de combattre".

Abdelkader Railane intervient dans des écoles, des entreprises, des colloques. Toujours pour porter son message, lutter contre les préjugés, la radicalisation religieuse, et promouvoir le vivre ensemble.Interview France 3une cheznouscasfaitpas


Back to top