Radicalisation, attentats, vivre ensemble : vos questions pour le prochain invité du Scan

p.txt

Une semaine après les attentats de Bruxelles, il vient défendre le "vivre ensemble" et lutter contre la radicalisation de la société. Abdelkader Railane est le prochain invité du Scan. Posez-lui vos questions.

De la radicalisation à la menace terroriste (les territoires sont-ils égaux face à cette menace ?), de l'application du "vivre ensemble" à la lutte contre les préjugés et l'islamophobie, en passant par la récupération politique, les solutions envisagées pour mettre un terme à ces horreurs, les répercussions en Haute-Loire ou encore le dialogue interreligieux, n'hésitez pas à lui poser vos questions.

Chez nous, ça s'fait pas !C'est le titre du troisième roman d'Abdelkader Railane qui doit paraître au mois d'avril. L'histoire, c'est celle de Malika, 48 ans, avocate et mère de trois enfants. Une « assimilée », qui mange du porc, boit de l’alcool et a épousé un « bon français ». Elle est surtout une traîtresse, une infidèle pour sa famille, pour sa « communauté ». Malika part retrouver ses parents âgés et malades dans le Nord de la France. Elle se retrouve confrontée à ses proches. Deux mondes vont se télescoper. Deux mondes qui vont devoir apprendre à vivre ensemble.
De nombreuses casquettes pour cet auteur préoccupé par la radicalisation de la société

Abdelkader Railane a plusieurs casquettes. Il est directeur de la Mission Locale d'Yssingeaux (il est également référent dans la lutte contre la radicalisation pour le Conseil National des Missions locales), secrétaire départemental de la Commission pour la Promotion de l'Egalité des Chances et la Citoyenneté (COPEC), ou encore chevalier de l'ordre des Palmes Académiques. Il est aussi auteur et son dernier ouvrage a été rédigé au moment des attentats parisiens. Abdelkader Railane se dit très préoccupé par la radicalisation de la société. Il intervient dans des écoles, des entreprises, des colloques. Toujours pour porter son message, lutter contre les préjugés, la radicalisation religieuse, et promouvoir le vivre ensemble.

Déjà une quarantaine d'attentats depuis le debut de l'année 2016. Une semaine après les attentats de Bruxelles, et à peine quatre mois après ceux de Paris, les rédactions de RCF Haute-Loire et Zoomdici.fr ont souhaité donner la parole à un auteur qui a grandi dans une cité du Nord et dont les romans tournent autour des thèmes communautaires et religieux. L'année 2015 avait été marquée par une série d'attentats terroristes sans précédent dans le monde, plus de 120 menés dans des dizaines de pays, notamment en Afrique, en Asie et en Europe.

En ce début d'année 2016, ce sont déjà près de 40 attentats que l'on peut lister aux quatre coins du globe, principalement en Afrique et en Asie. Dix ont fait plus de 30 victimes et le plus sanglant a été perpétré à Damas, en Syrie, le 21 février : plus de 180 victimes ont été recensées. Ce serait faire trop d'honneur aux terroristes que de s'attarder sur cette liste, on peut simplement constater que la menace est permanente.

Les lecteurs invités à poser leurs questions. Dans le cadre de leur émission Le Scan, les rédactions de Zoomdici.fr et RCF Haute-Loire recevront Abdelkader Railane, ce lundi 4 avril 2016 (l'émission sera diffusée le jeudi 7 avril). Pendant une bonne vingtaine de minutes, l'invité doit répondre aux questions des rédactions de Zoomdici.fr et RCF Haute-Loire... et nous vous proposons de participer vous aussi. En amont de l'enregistrement (lundi à 10h), la rédaction invite les lecteurs à soumettre les questions qu'ils aimeraient voir posées à Abdelkader Railane. Chacun peut proposer une question en postant un commentaire en bas de page, sans oublier son prénom et sa commune de résidence. Ceux-ci ne seront pas publiés afin de ne pas "mettre la puce à l'oreille" de l'invité par avance.

L'émission sera diffusée le jeudi 4 avril. La sélection d'une ou plusieurs questions se fera le lundi 4 avril à 9h30. L'interview, elle, sera enregistrée dans la foulée et diffusée le jeudi 4 avril sur Zoomdici.fr et RCF Haute-Loire.

9dcb1d5ab2e3e518bf8c8c67662aa475 800 449JPG

De nombreuses casquettes pour cet auteur préoccupé par la radicalisation de la société

Abdelkader Railane a plusieurs casquettes. Il est directeur de la Mission Locale d'Yssingeaux (il est également référent dans la lutte contre la radicalisation pour le Conseil National des Missions locales), secrétaire départemental de la Commission pour la Promotion de l'Egalité des Chances et la Citoyenneté (COPEC), ou encore chevalier de l'ordre des Palmes Académiques.
Il est aussi auteur et son dernier ouvrage a été rédigé au moment des attentats parisiens. Abdelkader Railane se dit très préoccupé par la radicalisation de la société. Il intervient dans des écoles, des entreprises, des colloques. Toujours pour porter son message, lutter contre les préjugés, la radicalisation religieuse, et promouvoir le vivre ensemble.
Des extraits vidéo

Vous pouvez retrouver l'intégralité de l'entretien en vidéo en bas d'article. Comme d'habitude, la rédaction de Zoomdici vous propose une sélection de moments clefs de cette interview : 

Doit-on s'inquiéter du "vivre ensemble", même en Haute-Loire ? Et des fiches S ?

La Haute-Loire est un territoire plutôt tranquille, on sait qu'il demeure sur http://www.zoomdici.fr/actualite/En-Haute-Loire-on-inverse-la-courbe-des-cambriolages--id149393.html" Le podium des départements les plus sécurisés de France. Les gens se connaissent bien, alors doit-on s'inquiéter pour le "vivre ensemble" ? Les riques d'amalgame ou encore de discrimination touchent-ils également la Haute-Loire ? Et le phénomènes de radicalisation ? Y a-t-il une tentation du repli sur soi pour certaines populations ? Au risque que certaines communautés ne cessent de se cotoyer ? Il existe aussi des initiatives positives pour favoriser le "vivre ensemble" en Haute-Loire ? On recense une vingtaine de fiche S dans le département : est-ce surprenant ? Inquiétant ?

Qu'est-ce qui amène un jeune à la radicalisation ? Comment l'extraire de ce phénomène ?

Abdelkader Railane a participé le 12 novembre dernier à un colloque avec six ministres sur les questions notamment de radicalisation, de menaces terroristes ou encore de "vivre ensemble". Le lendemain, la France était endeuillée par l'un des attentats les plus meurtriers de son histoire. Pour lutter contre ces phénomènes de radicalisation, il faut déjà tenter de les comprendre. Parvient-on alors à dégager un profil type ? Un parcours de vie qui amène à la radicalisation ? Peut-on dire que le chômage est le terreau de la radicalisation en France ? Peut-on alors déradicaliser quelqu'un ? Comment procéder alors ?

Que faire face aux théories du complot ? Doit-on interner les personnes radicalisées ?

Parmi ces personnes radicalisées, on trouve beaucoup de jeunes adeptes des théories du complot. Comment peut-on les récupérer ? Sont-ils imperméables à tout discours émanant du "système" ? Peut-on déstructurer ces discours ? Est-ce que la déscolarisation est un facteur qui conduit à plus facilement adhérer à ces théories du complot ?
Pour lutter contre les personnes radicalisées, certains politiques proposent leur internement définitif. Est-ce une solution envisageable selon vous ? D'autres personnalités politiques appellent à l'interdiction totale des prêches en arabe dans les mosquées françaises. Qu'en pensez-vous ?

Retrouvez en cliquant sur le  lien ci-dessous l'intégrale de l'entretien avec Abdelkader Railane en vidéo :

https://vimeo.com/161854657

 

"Chez nous, ça s'fait pas !". C'est le titre du troisième roman d'Abdelkader Railane qui doit paraître au mois d'avril. L'auteur, qui dirige la mission locale d'Yssingeaux en Haute-Loire, s'empare des thèmes communautaires et religieux pour promouvoir le vivre ensemble.
"Mon histoire a pour objectif de lutter contre toutes les formes de préjugés mais également de nous rappeler que les liens familiaux sont fondamentaux à notre épanouissement". Ainsi Abdelkader Railane présente-t-il son nouvel ouvrage : "Chez nous, ça s'fait pas", à paraître au mois d'avril.

L'histoire, c'est celle de Malika, 48 ans, avocate et mère de trois enfants.
"Elle est ce que l’on appelle une « assimilée ». Elle mange du porc, boit de l’alcool ; elle a épousé un « bon français », explique l'auteur. "Elle est surtout une traîtresse, une infidèle pour sa famille, pour sa « communauté » aussi d’ailleurs. Son crime : avoir refusé d’entrer dans le moule qui lui était prédestiné", résume-t-il.

Mais un jour, Malika part retrouver ses parents âgés et malades dans le Nord de la France. Elle se retrouve confrontée à ses proches.

"Ses frères et soeurs sont plutôt des salafistes", explique Abdelkader Railane. "Il y a deux mondes qui vont se télescoper. Deux mondes qui ne se comprenaient pas, mais deux mondes qui vont devoir apprendre à vivre ensemble", poursuit-t-il.

L'auteur a grandi dans une cité du Nord, mais aussi dans l'univers des livres. Ses romans tournent autour des thèmes communautaires et religieux. Le dernier a été écrit au moment des attentats parisiens. Abdelkader Railane, qui dirige la Mission locale d'Yssingeaux (il est également référent dans la lutte contre la radicalisation pour le Conseil National des Missions locales), se dit très préoccupé par la radicalisation de la société.

"Ce qui me fait peur aujourd'hui, c'est la radicalisation que j'appelle non violente, c'est-à-dire les comportements". Et de citer quelques exemples : la demande de se voir prodiguer des soins par une personne de même sexe ou "des jeunes qui viennent en mission locale et qui souhaitent être accompagnés par un homme si c'est un homme, par une femme si c'est une femme". Avant de poursuivre :"Tous ces comportements sont nocifs aux valeurs de la République (...) et c'est ces comportements-là que j'essaie de combattre".

Abdelkader Railane intervient dans des écoles, des entreprises, des colloques. Toujours pour porter son message, lutter contre les préjugés, la radicalisation religieuse, et promouvoir le vivre ensemble.Interview France 3une cheznouscasfaitpas

Back to top