toleranceLa tolérance, un mot devenu vide de sens, qu’on peut lire sur toutes les lèvres. Une valeur que chacun se glorifie de partager. Une valeur devenue lieu commun de bienséance. La forme la plus subtile de l’exclusion de l’autre ! La forme de racisme la plus insidieuse ! Car la tolérance n’est rien d’autre que le fait du prince. Je te tolère et tu m’en seras doublement reconnaissant : d’abord parce que j’ai été magnanime à ton égard, et ensuite parce que je te permets de m’en remercier. C’est ce que l’on appelle ni plus ni moins de la condescendance avec demande de retour d’ascenseur. Abdelkader Railane lors de cette conférence ne place pas la tolérance comme vecteur essentiel de lutte contre la discrimination. Sous le vocable de la tolérance, se cache une hypocrisie faite de fausse conscience. A la tolérance il oppose l’acceptation. Car à n’en pas douter l’acceptation de l’autre dans sa différence est la véritable solution qui peut nous conduire vers une société où le vivre ensemble serait la règle.

Sous-catégories


Abdelkader Railane, Joseph Nonnenmacher et Audrey Monchamp, animaient avec des groupes différents une première journée d'information, de sensibilisation et d'échanges.
Aller à la rencontre de l'autre

Ainsi que le rappelle Marianne Rochette-Mouyren, directrice déléguée aux formations professionnelles et technologiques du site Anne-Marie Martel, le programme concocté par l'équipe pédagogique va permettre à chaque classe de suivre deux interventions et une diffusion de film. Face à une cinquantaine d'élèves de seconde, Abdelkader Railane présente comme il aime à le dire « ses différentes casquettes » : directeur de la Mission locale d'Yssingeaux, référent national de lutte contre les phénomènes de radicalisation au Conseil national des Missions locales, et secrétaire départemental de la Commission pour la promotion de l'égalité des chances et de la citoyenneté.

Loin d'un discours magistral, c'est dans un style compris et apprécié par les jeunes que l'ancien boxeur, lui-même « raciste, homophobe et antisémite » dans sa jeunesse, les conduit pendant 1 h 30 à réfléchir et s'exprimer sur tous les préjugés « dont la société nous nourrit et qui trop souvent prennent le pas sur nos actions ». Aller à la rencontre de « celui qu'il ne connaissait pas » lui a alors permis d'inverser le regard, découvrir et œuvrer pour « le vivre ensemble malgré nos différences ».

https://www.leveil.fr/puy-en-velay-43000/actualites/abdelkader-railane-face-aux-lyceens-de-saint-jacques-de-compostelle_13523317/

Back to top